Un Hackathon contre le gaspillage alimentaire
Le Centre de Perfectionnement des Affaires de Toulouse Business School et son partenaire Newrest ont organisé les 30 juin et 1er juillet 2017 un Hackathon sur le thème du gaspillage alimentaire en restauration collective.

Le Centre de Perfectionnement des Affaires de Toulouse Business School et son partenaire Newrest ont organisé les 30 juin et 1er juillet 2017 un Hackathon sur le thème du gaspillage alimentaire en restauration collective. Un défi coopératif et chronométré pour faire émerger des idées novatrices, dans un lieu dédié à la science participative : le Quai des Savoirs.

 

Né de la contraction de « hack » et de « marathon », le mot Hackathon désigne un processus créatif fréquemment utilisé dans le domaine de l'innovation numérique, qui a pour objectif de créer un produit ou un concept qui servira un projet.

L’Hackathon contre le gaspillage alimentaire de Toulouse a réuni 6 équipes, constituées de développeurs mais aussi de startuppers, designers, data scientists, étudiants et spécialistes de la restaurant collective. Avec un objectif commun : lutter contre le gaspillage alimentaire dans la restauration collective grâce aux outils digitaux et aux objets connectés.

 

3 étapes, 5 mentors, 1 coach et 864 heures cumulées

 

L’Hackathon contre le gaspillage alimentaire s’est déroulé en trois étapes :

  1. Le porteur de projet présente le besoin à l’ensemble des participants.
  2. Chaque équipier se fédère sur le projet du porteur qui l’aura convaincu et rejoint son équipe.
  3. 24 heures plus tard, les équipes présentent leur résultat devant un jury.

Des professionnels de la Restauration Collective ont assisté les équipes sur les questions sectorielles et une coach formatrice, Sophie Joly, a favorisé la prise en main d’outils de co-création.

Durant ces 24 heures, de nombreuses idées sont nées, chacune porteuse d’une solution concrète au problème du gaspillage alimentaire auquel sont confrontés les professionnels de la restauration collective. Les solutions proposées ont concerné majoritairement la restauration d’entreprise ou la restauration universitaire. Certaines ont privilégié la valorisation des excédents, d’autres, l’anticipation des commandes du cuisinier.

 

Un réseau social contre le gaspillage alimentaire

 

Des applaudissements enthousiastes et un chèque de 2000 euros ont récompensé le meilleur projet. L’équipe lauréate a imaginé un réseau social appelé Waste buster (traduction : lutte contre le gaspillage) qui permet aux convives d’une structure de restauration d’entreprise de :

  • choisir en amont le menu qu’ils consommeront,
  • participer à des jeux pour cumuler des points et bénéficier de réductions,
  • s’impliquer contre le gaspillage en relevant des défis quotidiens,
  • recevoir des alertes en cas d’atteinte des objectifs : réductions, repas offerts.

 

Et maintenant ? Il est prématuré de dire si le projet lauréat trouvera des investisseurs. N’oublions pas que le gaspillage alimentaire est un vaste sujet avec un enjeu économique et social forts pour les décennies à venir. 48 heures ne pourraient suffire à couvrir une des grandes problématiques de cette filière.

 

Reste que ce format de co-création est un levier pour faire émerger des idées nouvelles construites selon une méthodologie spontanée. Des professionnels aux profils hétéroclites permettent ainsi d’amorcer des solutions et ouvrir des perspectives positives pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

 


Le gaspillage alimentaire en Restauration Collective  

 

Pour un restaurant servant 500 convives en moyenne 200 jours sur une année, le gaspillage représente entre 15 et 20 tonnes par an, soit en termes de budget, entre 30000 et 40000 euros par an de produits jetés.